Quand ce qui devait arriver arrive, ce sont les plus fragiles qui trinquent.

Selon une étude du syndicat France Générosités, les dons aux associations ont diminué de 6,6% au premier trimestre 2018 : une première depuis des années !

Tous les militants associatifs avaient pronostiqué cette situation inquiétante. Elle est la conséquence logique des réformes sur l’ISF et le prélèvement à la source.

Si rien n’est fait, ce sont des dizaines de programmes consacrés aux plus fragiles d’entre nous qui devront être stoppés ou redimensionnés. Il est absolument indispensable que les pouvoirs publics organisent une campagne de sensibilisation au don.

Si les règles d’incitation fiscale n’ont pas changé, les besoins – eux – augmentent sensiblement, dans le contexte national et international morose que nous connaissons.

Les associations quant à elles doivent se réinventer et s’emparer des nouveaux leviers de collecte que permettent les nouvelles technologies. Elles doivent questionner leur taille, leur attractivité…

Le modèle français a encore de beaux jours devant lui pour peu que « les Faiseux » triomphent des « Diseux » et que l’Etat prenne la pleine mesure des conséquences de ses réformes sur un écosystème aussi utile que fragile.


Laisser un commentaire