Lettre ouverte à M. Olivier DUSOPT, ministre des comptes publics : Objet, redevance sur l’audio-visuel

Monsieur le Ministre,

Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir une lettre dactylographiée émanant de vos services.

Je pensais naïvement que l’ensemble de nos correspondances serait pour toujours dématérialisé, ce n’est visiblement pas encore le cas.

De quoi m’entretenez-vous donc ? De ma redevance sur l’audiovisuel !

J’ai une dette inextinguible envers la radio, publique ou privée, et, même si c’est beaucoup trop rare, il m’arrive de regarder quelques programmes de la télévision publique.

Etant aveugle, je le fais sur mon ordinateur ou mon smartphone, équipés d’interfaces me rendant ce loisir agréable. Je le fais en différé, rejoignant ainsi la tendance de tous mes contemporains.

Il y a bien longtemps, Monsieur le Ministre, que je n’ai plus la télé !

Seule une infime partie des programmes m’est accessible en toute autonomie. Comparé aux pays européens de notre voisinage, les déficients visuels sont des parents forts pauvres en programmes audio-décrits !

Je passe sur la qualité des audio-descriptions proposées, elle est, pour le dire de manière constructive, fort inégale.

Un trop grand nombre de programmes sont, en outre, audio-décrits sans la relecture d’un déficient visuel, ce qui saute aux oreilles du téléspectateur aveugle.

Quant aux interfaces des télévisions, elles ne sont visiblement pas conçues pour nous, ou peu s’en faut !

Vous comprendrez dès lors, Monsieur le Ministre, que, bien qu’aspirant à être un bon citoyen et ne rechignant pas devant l’impôt, je ne me précipiterai pas dans le magasin idoine pour acheter une télé et régler ma taxe !

Je compte sur votre gouvernement pour faire progresser la France en matière d’accessibilité de l’audio-visuel.

Veuillez croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de mon profond respect teinté de cet humour franchouillard qui fait l’un des nombreux charmes de notre beau pays !

Amicalement vôtre,

Hamou