Il y a des signes qui ne trompent pas !

Je suis en mesure de vous affirmer que le gros de la Covid est derrière nous. Comment je le sais ? Tout simplement parce que l’Islam reprend la tête de gondole du débat public. C’est ainsi depuis presque quarante ans : Dès qu’il faut ressouder la société, on ouvre un front autour de l’Islam et les fanfares médiatiques embrayent. Et, depuis quarante ans, c’est toujours les islamistes qui sortent vainqueurs de ces débats stériles et la plupart du temps mal posés.

Il ne s’agit pas ici d’accabler la Ministre de l’Enseignement supérieur ! Je n’ai, pour ma part, aucun doute sur sa bonne foi et sa volonté de s’attaquer à l’idéologie islamiste dans son champ d’action.

Naïfs sont ceux qui pensent que cette idéologie est absente de l’université.

Quand j’étais étudiant, dans les années 80, le progressiste que j’étais avait déjà maille à partir avec elle. A l’époque, nombre des courants qui la pourfendent aujourd’hui la soutenait, au nom de la lutte contre le communisme. Militant pour la cause palestinienne, j’avais, avec mes amis, à mettre autant d’énergie pour combattre les islamistes promouvant le Hamas naissant que les extrémistes tenant d’une terre sans peuple pour un peuple sans terre.

Force est de constater que la situation s’est depuis aggravée.

Parmi les étudiants, la proportion de militants islamistes s’accroît. Parmi les professeurs, on note l’islamisation de cours, en particulier d’arabe ou assimilés.

Nombre de mes amis ont alerté sur ces faits sans qu’aucune sanction n’ait été prise contre des enseignants titulaires. C’est un secret de polichinelle que de nombreux étudiants étrangers s’inscrivent en langue arabe dans le seul but d’obtenir une régularisation et le droit de rester en France. Nombreux sont ceux qui le font pour vivre libres dans un pays laïc et libre. Nul ne peut contester qu’une minorité, dont je ne peux estimer la proportion, le fait parce que la France est plus douce aux intégristes musulmans que bien des pays musulmans.

Face à ce constat sans appel, il est inutile d’enquêter sur la part de l’islamo-gauchisme dans la recherche.

La recherche en sciences sociales obéit à des modes qui ne viennent plus depuis longtemps de notre pays.

En Allemagne, nos philosophes sont vus comme de simples littérateurs et quarante années de baisse du budget de la recherche conduisent les meilleurs français à tenter leur chance dans les universités étrangères, en particulier américaine. Ses dernières donnent le « la » et il n’y a rien d’étonnant à ce que les chercheurs français s’intéressent au genre, aux races, aux minorités…

Ce n’est d’ailleurs pas un mal en soi ! Je vois cette évolution comme une météo de l’universalisme à la française ! Moins cet universalisme donne des preuves de sa réalité, plus chaque « communauté » se met en situation d’évaluer sa force en tirant la couverture à elle.

L’évolution de la situation des femmes et des minorités sexuelles doit beaucoup aux gender studies, et l’évolution de la situation des personnes handicapées doit beaucoup aux desability studies.  C’est un fait incontestable.

Quand j’ai commencé à militer, j’ai dû rencontrer des militantes du MLF car nous souhaitions organiser une manifestation contre la quête pour les aveugles sur la voie publique au même endroit et au même moment qu’une manifestation pour pérenniser le droit à l’avortement. Nous n’avions pas pu assister à la réunion car elle était réservée aux femmes. Nous étions en 1979. Donc, rien de nouveau sous le soleil.

Que faire alors ?

Entre les intégristes et nous, la lutte à mort est engagée. Commençons par ne plus leur vendre la corde qui leur permettra de nous pendre. Ne gâchons pas les chances d’une troisième génération de jeunes des quartiers paupérisés et déclenchons un plan ORSEC de la petite enfance. En dédoublant les classes de primaire, Emmanuel Macron a plus fait contre l’intégrisme que ses prédécesseurs depuis quarante ans. Expulsons sans autre forme de procès ceux qui utilisent notre système pour professer des idées qui arment le bras des terroristes. Fermons effectivement les lieux de culte dont les imams prêchent la haine de la France et de ses valeurs, des inepties qui font honte aux musulmans qui pratiquent la religion pacifique et ouverte de leurs ancêtres. Pourquoi effectivement ? Simplement parce que, souvent, on préfère les laisser ouverts sous prétexte d’y faire du renseignement ou de peser sur l’organisation des musulmans de France. Augmentons substantiellement le budget de la recherche et redevenons un phare de l’étude de l’arabe et des civilisations orientales comme nous n’aurions jamais dû cesser de l’être.

L’islamo-gauchisme, pour ce que j’en comprends, s’écroulera de lui-même.

Soit les intégristes auront en leur sein des élites qui leur permettront de se passer des gauchistes, soit les gauchistes, constatant que les musulmans se déplacent fort peu pour voter reviendront à une lecture sociale de la société, plus conforme à leur histoire.

Amicalement vôtre,

Hamou